aliments et autres....

Cette liste n' est pas exhaustive mais elle peut- être utile car les jeunes chiens mangent et ramassent tout ce qu' ils trouvent sur leur passage.Une maison ou un appartement cache beaucoup de dangers pour notre nouveau protégé.Voici quelques conseils pour éviter intoxication , accident ou autre.

                               RANGER      SOIGNEUSEMENT    ET HORS DE PORTEE DU CHIEN:

*les médicaments ( qui peuvent être avalés par le chiot)

*les fils électriques pour éviter tout risques d' électrocution.

*les ficelles, les élastiques pour éviter les blocages intestinaux

*les aiguilles à coudre

*les rasoirs , les couteaux

*les verres lors des apéros par ex qui sont sur la table basse du salon et qui contiennent de l' alcool

*on fait attention avec les liquides en train de bouillir   pour éviter toutes brûlures.IL EST D' AILLEURS CONSEILLE DE NE PAS AUTORISER LE CHIEN A VENIR DANS LA CUISINE QUAND ON PREPARE LES REPAS POUR EVITER TOUT ACCIDENT 

*au garage, l' antigel ( produit doux et sucré qui attire les chiots et qui est très toxique.), tous les produits du lave linge, les clous etc etc.....

*dans l' abri de jardin et dehors , les pesticides, herbicides, engrais, raticides, anti- limaces etc....devront absolument être mis en hauteur et hors de portée pour éviter tout empoisonnement.

De même il ne faut pas verser dans les pots ou les parterres de fleurs, le jardin l' engrais ou anti -limaces ou autre car le chiot pourrait le consommer.

A NOTER QU' IL EXISTE MAINTENANT DES ANTI-LIMACE NATUREL, SANS DANGERS ET QU' IL VAUT MIEUX LES UTILISER.EN CAS D' ABSORPTION D' UN DE CES PRODUITS, SE RENDRE IMMEDIATEMMENT ET SANS TARDER CHEZ UN VETERINAIRE AVEC L' EMBALLAGE DU PRODUIT.

Certaines plantes, agréables à regarder pour vous, et à mâchouiller pour lui sont toxiques:

                     *le POINSETTIA ( que l' on trouve beaucoup à Noël dans les maisons)

                     *le HOUX

                      *le lierre

                     *le philodendron    

*L' eau contenant de l' engrais qui est toxique et appétente pour le chiot.

                                       LES ALIMENTS NEFASTES POUR LUI :  

*le chocolat à cause de la théobromine qui peut s' avérer très toxique    

*les épices, les oignons , les condiments qui sont pas digérés et provoquent  des flatulences , des diarrhées et des irritations de l' intestin.  

*le pain entraînant des vomissements , les pommes de terres, les sauces, les déchets de table, le sucre  etc....  

                              LES ANIMAUX    TOXIQUES   :       

*les chenilles processionnaires( surtout  présente en janvier et février là où il ya des pins , routes, jardins, etc....)si votre chien en renifle ou en touche se rendre en urgence au vétérinaire .

voir le dossier sur collie- online très complet sur ce sujet.intitulé" insectes et acariens"

  • La chenille processionnaire du chêne présente des propriétés urticantes de mai à juillet
  • La chenille processionnaire du pin présente des propriétés urticantes d'octobre à avril
  • Les poils urticants conservent leurs propriétés très longtemps, jusqu'à 1 ou 2 années, c'est-à-dire bien après la disparition des dernières chenilles..Les nids et les chenilles mortes en sont la cause.
  • La processionnaire du pin progresse depuis plusieurs décennies vers le nord de la France. Les populations de chenilles qui ont franchi la Loire au début des années 1990, devraient arriver à Paris en 2025.
  • La processionnaire du chêne est répandue partout en France, mais sa densité semble moins importante que pour sa cousine.
  • Chez le chien, le contact avec une chenille processionnaire vivante ou morte, ou avec les débris d'un nid, constitue une urgence vétérinaire.
48

 

Page suivante, Cycle de vie du papillon. et aire de répartition
  • La chenille processionnaire du chêne présente des propriétés urticantes de mai à juillet
  • La chenille processionnaire du pin présente des propriétés urticantes d'octobre à avril
  • Les poils urticants conservent leurs propriétés très longtemps, jusqu'à 1 ou 2 années, c'est-à-dire bien après la disparition des dernières chenilles..Les nids et les chenilles mortes en sont la cause.
  • La processionnaire du pin progresse depuis plusieurs décennies vers le nord de la France. Les populations de chenilles qui ont franchi la Loire au début des années 1990, devraient arriver à Paris en 2025.
  • La processionnaire du chêne est répandue partout en France, mais sa densité semble moins importante que pour sa cousine.
  • Chez le chien, le contact avec une chenille processionnaire vivante ou morte, ou avec les débris d'un nid, constitue une urgence vétérinaire.

 

Ce dossier a été réalisé avec l'aide de Céline MAGEN (HEIM). Nous la remercions pour ses conseils et pour les corrections apportées au document.
Céline MAGEN (HEIM)
Ingénieur ornement et environnement
Fredon IdF (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles)

 



La chenille processionnaire du pin est un Lépidoptère qui fait partie de la famille des Notodontidés.
Cet insecte est très connu dans le midi de la France, il a pour habitude de coloniser les pins et quelques fois les cèdres. 
Les chenilles sont recouvertes de plusieurs milliers de poils, jusqu'à un million !
Certains sont reliés à une glande à venin, lorsque le poil se casse, le venin se libère.
Ceux-ci sont très urticants et considérés comme dangereux pour l'homme et les animaux domestiques.
Pour un chien, le fait d'avaler une chenille processionnaire peut être mortel.
Son venin a la propriété de détruire les tissus provoquant ainsi des nécroses.
La processionnaire du chêne est commune en Europe centrale et du Sud (Espagne, Italie).

 

Commençons par 2 témoignages:
  • "Je suis en Bretagne, et c'est sur la côte que mon chien a malencontreusement posé la truffe sur une procession de ces sales bêtes. il n'y a qu'une heure avant d'intervenir chez le véto. Au delà, une nécrose de la partie touchée est irréversible. Cela fait depuis dimanche maintenant, mon chien ne va perdre que quelques centimètres carrés de langue,"
  • "La bonne blague du 1er avril : visite en urgence chez le véto. Ma briarde a goûté à une chenille processionnaire écrasée dans le jardin. nous n'avons pas attendu, rinçage de la gueule et visite véto. Sa langue était déjà très gonflée, donc œdème. Le traitement a été injections de : corticoïde, antihistaminique, antibiotique, anti coagulant, et pansement gastrique."

Pour en savoir plus:

La chenille processionnaire est la larve d'un papillon de nuit, le Thaumetopoea processionaria. Il existe deux types de chenilles processionnaires: la chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa) aux reflets roux, et celle du chêne (Thaumetopoea processionea) de couleur grise.



 


La chenille processionnaire dispose dans les replis de sa peau d'une multitude de petits poils urticants et très hérissés qu’elle peut libérer en se cambrant dans une position de défense. Ce n'est qu'à partir du 3ème stage larvaire, à la 3ème mue, qu'ils deviennent urticants.
Ces poils se détachent facilement et restent en suspension dans l’air ambiant. Ils restent virulents plusieurs mois après la disparition des chenilles notamment dans les nids qu’elles ont occupés.

La protéine urticante et nécrosante contenue dans les poils de la chenille est la thaumetopoeïne. Les milliers de poils qui entrent en contact avec la peau, les muqueuses ou les yeux peuvent causer des troubles très graves chez les humains (œdèmes, accidents oculaires, vertiges, etc.).
Chez le chien, le contact avec cette protéine urticante (contact avec une chenille processionnaire vivante ou morte, ou encore les débris d'un nid) constitue une urgence vétérinaire. Ils sont souvent avalés par les chiens et peuvent causer des nécroses de tissus, leur mort. Généralement l'atteinte concerne la langue du chien.

Le chien bave, la langue gonfle, est tuméfiée et va présenter rapidement un durcissement des parties atteintes par les poils urticants.
Sans soins rapides, une nécrose peut apparaître entraînant la perte des tissus touchés pouvant aller jusqu'à la perte de la langue.
Une action rapide du vétérinaire est vitale. Il administrera des anti-inflammatoires et antihistaminiques puissants, parfois des antibiotiques, des anti coagulants et des pansements gastriques si nécessaire. Au stade de nécrose l’amputation de ce bout de langue devient inévitable.
Les atteintes au niveau des yeux provoquent le développement très rapide d'une conjonctivite. Les poils urticants s'enfoncent dans les tissus et peuvent provoquer la cécité.
Inhalés, ils provoqueront de graves difficultés respiratoires.


(photo Dr Barral)

 

 

 

Une histoire de poils.

Les chenilles portent de longs poils blancs et soyeux, qui leur donnent un reflet gris argenté à contre-jour. Contrairement à une idée reçue les grandes soies de ces chenilles ne sont pas en cause. 
Une observation attentive montre en outre l'existence de petites poches qui apparaissent à partir du 3ème stade larvaire (sur 5 au total) et qui sont situées sur la face dorsale des segments abdominaux. Au fond de ces poches, que la chenille peut ouvrir lorsqu'elle est inquiétée, se forment des milliers de poils microscopiques (100 à 250 microns), se terminant en pointe et portant à leur extrémité de petits crochets. Seuls ces minuscules poils sont urticants. Ils contiennent dans un petit canal intérieur fermé une protéine urticante, la thaumétopoéïne, qui est sécrétée par des glandes sous-épidermiques. Ces poils très légers peuvent être emportés par le vent et se ficher dans la peau ou les muqueuses. Par frottement ils se cassent, la libération du venin provoquant des démangeaisons très vives. Les zones de transpiration et les muqueuses, naturellement humides, sont les plus touchées (bouche, aisselles, yeux...).
Lors des contacts avec les nids et les chenilles, ce sont des milliers de poils urticants qui peuvent entrer en action et provoquer des troubles graves (oedèmes, accidents oculaires, vertiges, etc), nécessitant le recours à un médecin (prise de médicaments antihistaminiques). Si des animaux domestiques sont touchés, il est nécessaire de consulter un vétérinaire. Les poils urticants conservent leurs propriétés d'autant plus longtemps qu'ils sont à l'abri de l'humidité, en particulier dans les nids tissés par les chenilles. Ces nids conservent leurs capacités urticantes plusieurs mois, voire 1 à 2 années, c'est-à-dire bien après la disparition des dernières chenilles.

 

 

Exposition aux chenilles processionnaires - les symptômes chez l'être humain


Contact avec la peau 
Apparition dans les huit heures d'une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons. La réaction se fait sur les parties découvertes de la peau mais aussi sur d'autres parties du corps. Les poils urticants se dispersent aisément par la sueur, le grattage et le frottement ou par l'intermédiaire des vêtements.

Contact avec les yeux
Développement après 1 à 4 heures d'une conjonctivite (yeux rouges, douloureux et larmoyants). Quand un poil urticant s'enfonce profondément dans les tissus oculaires, apparaissent des réactions inflammatoires sévères avec, dans de rares cas, évolution vers la cécité.

Contact par inhalation
Les poils urticants irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme (rétrécissement des bronches comme dans l'asthme).

Contact par ingestion
Il se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s'accompagne de symptômes tels que de l'hyper salivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

Les personnes qui, en plus des signes locaux, présentent des symptômes généraux tels que malaises, vertiges, vomissements, doivent être dirigées vers un hôpital. (Rappel: Il s'agit d'une urgence vétérinaire pour les chiens et animaux domestiques)

Une personne qui a des contacts répétés avec la chenille processionnaire, présente des réactions qui s'aggravent à chaque nouveau contact. Dans les cas sévères, il peut y avoir un choc anaphylactique mettant la vie en danger (urticaire, transpiration, oedème dans la bouche et la gorge, difficultés respiratoires, hypotension et perte de connaissance).

Moyen de lutte:
La lutte contre les chenilles processionnaires est une affaire de professionnels (les pompiers par exemple). La méthode la plus efficace consiste à brûler et aspirer les chenilles et leurs nids, de préférence tôt dans la saison quand les poils urticants ne sont pas encore développés.

Si vous découvrez un nid dans un pin de votre propriété, et pour éviter tout risque avec votre chien en attendant la destruction du nid, vous pouvez faire régulièrement le tour du jardin pour enlever les chenilles en période de procession (de janvier à avril - Voir page suivante, le cycle de vie de la chenille). Il faudra ensuite enlever les nids avant la période d’urtication (octobre - Voir page suivante, le cycle de vie de la chenille), soit en faisant intervenir un élagueur, soit les pompiers, ou encore en contactant la Fredon (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) de votre région pour leur demander conseil.

Vous pouvez aussi placer une bande de glue sur les troncs des pins (sur 1 mètre de hauteur tout autour du tronc), puis de brûler les chenilles qui vont venir régulièrement s'y engluer.

Dans le cas d’un arbre isolé, il est possible de placer un plastique épais et lisse à la verticale à 10-20 cm autour du tronc, de le maintenir avec des tiges et de l’enfouir à 15 cm dans le sol. Cette bâche permettra de contenir les chenilles dans cette zone de 15 cm autour du tronc, et qui seront forcées de s'y nymphoser. Un retournement de la terre et une destruction des chrysalides à la main limiteront les attaques les années suivantes.


 

 

 

Nota:

  • Ceci est un exposé documentaire de vulgarisation qui ne saurait remplacer une consultation vétérinaire. 
    Il ne peut avoir pour but de se substituer au praticien, qui demeure le seul apte à formuler un diagnostic.
    Collie online décline toutes responsabilités découlant de l'utilisation, l'appréciation ou l'exploitation des informations diffusées dans ces pages. Les informations présentées ne sont pas nécessairement exhaustives et restent du domaine général sans relation avec quelque cas particulier propre à personne physique ou morale.

Cycle de vie du papillon et aire de répartition:

La Processionnaire du Pin, dont le nom vient de la procession de nymphose effectuée par les chenilles, présente la particularité d'accomplir son développement larvaire en hiver (contrairement à la plupart des insectes à nos latitudes dont les œufs éclosent au printemps). Elle est donc très sensible aux conditions de température ou d'ensoleillement, le nid agissant comme un véritable radiateur solaire emmagasinant l'énergie. L'expansion de son aire de répartition est donc probablement liée au réchauffement climatique Cette évolution est notable sur l'ensemble du pourtour méditerranéen.

 


(Photo INRA J.C. MARTIN)




 

 

Les chenilles processionnaires vivent en groupe et forment sur les plus grosses branches de grands nids, sortes de pelotes serrées faites de la peau des mues successives, de poils urticants et d'excréments. Les chenilles se nourrissent la nuit. Pour cela, elles se déplacent en longues files (d'où leur nom) vers leur nourriture, les feuilles des arbres où elles font des nids au cours de l'hiver: Chênes pour l'une, sapins, cèdres ou douglas pour la seconde variété. Au printemps, elles descendent des arbres et se déplacent en procession.

La vie larvaire comporte cinq stades, de L1 à L5, différentiables au niveau de la quantité de soies (poils) présentes, de la taille de la chenille (en longueur et en diamètre) et du volume de sa capsule céphalique.


(Photo INRA Guy DEMOLIN)

Apparition des propriétés urticantes de la chenille
Dès le premier stade larvaire, une glande pluricellulaire est présente sur le dos de la chenille. A partir du troisième stade, cette glande contient une protéine urticante, la thaumétopoéine, qui se retrouve dans les poils commençant à apparaître (Novak et Lamy, 1987). L'appareil urticant comprend huit miroirs, placés sur les segments abdominaux de la chenille, et contenant chacun des poils urticants, d'une longueur proche de 200 µm (Maretic et Ladavac, 1978).
Lorsque la chenille est agressée ou stressée, les miroirs urticants s'ouvrent et les poils sont propulsés en l'air. Leur forme de harpon (Ducombs et al., 1979) leur permet de pénétrer et de se fixer dans l'épiderme de l'organisme agresseur. Le " frottement " en réponse à la démangeaison conduit à la rupture du poil et à la libération du venin, ce qui peut provoquer des dommages plus ou moins graves, chez l'homme ou les animaux.
Ce caractère se développe progressivement à partir du stade L3 et est maximum au moment de la procession d'enfouissement

La procession

orugas par archer

 

Le cycle de la chenille

 

Processionnaire du pin:

On peut décomposer le cycle de vie du papillon Thaumetopoea processionaria en 8 étapes qui sont décrites ci-dessous.

1. Juin à août: 
Un soir d'été, de juin à août, les papillons processionnaires sortent de terre. Le mâle meurt un ou deux jours après accouplement. La femelle, quant à elle, va pondre entre 70 et 300 oeufs sur une branche de pin. Puis elle meurt à son tour.

3. Septembre - stade larvaire L1, puis L2
Les chenilles éclosent 30 à 45 jours après la ponte. Nous sommes généralement en septembre. Elles se nourrissent des aiguilles du pin qui accueille leur nid, et restent reliées entre elles par un fil de soie. Les jeunes chenilles tissent des pré-nids

4. Novembre - stade larvaire L3, puis L4 (période dangereuse)
Au cours de leur croissance, les chenilles changent de couleur et ont de plus en plus de poils (jusqu'à 1 million). Après la 3ème mue, elles deviennent urticantes. Elles vont également former le nid d’hiver définitif sur la branche d'un pin. Puis elles passent l'hiver dans cet abri, ne sortant que la nuit pour entretenir leur nid et se nourrir.

6. A partir de janvier - stade larvaire L5 (période dangereuse)
Elles commencent à descendre des arbres à partir de janvier dans la journée quand il fait beau.

7. Février à mars ou avril (période dangereuse)
Au printemps, la colonie conduite par une femelle quitte l'abri et se dirige vers le sol. C'est la procession de nymphose, toutes les chenilles se tiennent les unes aux autres et se déplacent en longue file allant jusqu'à plusieurs centaines de chenilles. Au bout de plusieurs jours, elles s'arrêtent dans un endroit ensoleillé pour s'enfouir dans le sol.
Deux semaines plus tard, les processionnaires ont tissé des cocons individuels et se transforment en chrysalides. Elles vont rester dans cet état pendant plusieurs mois (ou parfois plusieurs années selon les régions).

8. A partir de juin
Au bout de quelques mois, les chrysalides se métamorphosent en papillon, toujours sous la terre. Et puis, un soir d'été, les papillons sortent de terre pour débuter un nouveau cycle.

 

 

 

 

 

Processionnaire du chêne:

Le Thaumetopoea processionaria (papillon de la processionnaire du chêne) pond des oeufs à la fin de l'été aux extrémités des branches des chênes. Vers la fin du mois d'avril éclosent de petites chenilles. Les jeunes chenilles sont oranges et nues. Après la 3ème mue, de la mi-mai jusqu'à juin, elles deviennent brunes et les premiers poils apparaissent sur le dos. Leur pouvoir allergisant apparaît pendant cette période (mai-juin.) et persiste jusqu'en septembre (à cause des nids vides remplis de poils urticants).
En juillet, les chenilles fabriquent leur cocon. 
La métamorphose en papillon se produit en août. Les papillons ainsi formés vont à leur tour s'accoupler et pondre des oeufs.

1. Fin juillet à mi-août
Les papillons de la Processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionaria) s'envolent au milieu de l'été, fin juillet à début août, voire mi-août selon les régions. Leur durée de vie est très courte, 1 ou 2 jours seulement. Après l’accouplement, les femelles pondent des oeufs aux extrémités des branches des chênes.

2. Septembre à avril
La Processionnaire du chêne passe l'hiver sous forme d'œufs.

3. Avril
Courant avril éclosent de petites chenilles. L’éclosion des œufs coïncide en général avec l'apparition des feuilles des chênes. Les jeunes chenilles sont oranges et nues. La vie larvaire de l’insecte dure de 2 à 3 mois. A chaque stade larvaire, les chenilles construisent un nid léger qui les abrite la journée. Elles l'abandonnent après chaque mue.

4. Mi-mai à juin - stade larvaire L3, puis L4 (période dangereuse)
Après la 3ème mue, de la mi-mai jusqu'à juin, elles deviennent brunes et les premiers poils apparaissent sur le dos. Leur pouvoir allergisant apparaît pendant cette période (mai-juin.) et persiste jusqu'en septembre (à cause des nids vides remplis de poils urticants).


5. En juillet - stade larvaire L5 (période dangereuse)
Les chenilles fabriquent leur cocon. Ce nid, plaqué sur les troncs et les branches maîtresses, peut atteindre une taille importante (1m de long et plus). Il contient les tissages individuels renfermant les chrysalides desquelles sortiront les papillons adultes 30 à 40 jours plus tard.

La métamorphose en papillon se produit en août. Les papillons ainsi formés vont à leur tour s'accoupler et pondre des oeufs.

 

 

 

La seule différence notable entre les 2 variétés de processionnaires étant la durée de la période urticante, bien plus longue chez la processionnaire du pin:

La chenille processionnaire du chêne présente des propriétés urticantes de mai à juillet
La chenille processionnaire du pin présente des propriétés urticantes d'octobre à avril
De plus, son cycle biologique passe par une étape terrestre: la procession vers le lieu d'enfouissement. Ce qui augmente les risques de contact avec nos chiens, contrairement à la processionnaire du chêne dont le cycle est entièrement aérien.

 

 

 

Aire de répartition

La processionnaire du chêne:
La processionnaire du chêne est commune en Europe centrale et du Sud (Espagne, Italie). En France, ses pullulations périodiques sont connues dans différentes régions, et notamment dans certaines forêts de Meurthe-et-Moselle.

 

 

En Belgique, elles se retrouvent principalement dans les provinces d'Anvers, du Limbourg et du Brabant flamand.

La processionnaire du pin
La chenille processionnaire du pin est un ravageur du Sud de la France, dont l’extension vers le nord de la France est favorisée par le changement climatique. Paris serait atteint en 2025.

La processionnaire du pin progresse depuis plusieurs décennies vers le nord de la France, ainsi qu'en altitude, dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif Central. Cette chenille est la larve d'un papillon qui jusqu'ici se rencontrait dans la zone méditerranéenne. L'extension de l'aire de répartition semble principalement liée au réchauffement climatique. L'INRA participe à un programme européen ayant pour but une meilleure compréhension des mécanismes de cette expansion et de trouver de nouvelles stratégies de lutte.

 

 

 

Repéré à 70km de Paris en 2003, le premier nid de front se situe désormais à 36 km de Paris.
Les chercheurs de l’INRA d’Orléans cherchent à comprendre les conditions qui favorisent cette colonisation et proposent un modèle de prédiction basé sur un scénario de réchauffement climatique de + 3°C. Les populations de chenilles qui ont franchi la Loire au début des années 1990, devraient progresser naturellement et arriver à Paris en 2025.

 

La montée inexorable de la Processionnaire du pin vers le Nord est 
due au réchauffement climatique qui lui donne les conditions 
favorables à son développement.
Les projections climatiques de Météo France pour le siècle en cours permettent d'appréhender la relation qu'il peut y avoir entre augmentation de la température et expansion de la chenille. (Le simulateur climatique de Science & Vie)

 

 

La méconnaissance des dangers représentés par un insecte inconnu des régions nouvellement colonisées induit des risques accrus pour les populations concernées, et donc pour leurs chiens et animaux domestiques en général. 
La diversification des habitats modifie aussi le comportement de la chenille qui ne se limite plus au seul pin courant dans les régions méditerranéennes. Elle a été observée sur sapin de Douglas dans le Massif Central en moyenne altitude.

 

Protégez votre environnement avec ce piège naturel pour processionnaire du pin

Cet "éco-piège" intercepte la processionnaire lors des processions de nymphose et évite le 
contact avec les animaux.
Basé sur le cycle de l'insecte, il agit sans aucun adjuvant chimique ou biologique. Il n'intervient que sur l'insecte ciblé et respecte l'écosystème.
Il est la réponse aux difficultés de traitement ou curation sur les arbres de grande taille:
échenillages difficiles, pulvérisations qui n'enrobent pas les cimes. 
Cette méthode économique (entre 25 et 40€ en 2009), est réutilisable plusieurs années et permet de protéger les animaux des dangers rencontrés lors des processions de nymphoses (C'est la phase la plus dangereuse pour nos chiens).
L'éco-piège a été primé par la région Languedoc Roussillon en 2009.
En outre, il est recommandé par l'I.N.R.A. qui travaille depuis longtemps sur les problèmes posés par la chenille qui, en plus des dangers qu'elle représente pour les animaux ou les êtres humains, cause de gros dégâts aux arbres.

(infos Jocelyne CAMERANI 12/2009
contact@lamesangeverte.fr  - http://www.lamesangeverte.fr)

Installation en 4 étapes:

Le piège est posé et prêt à recevoir les chenilles lorsqu'elle descendront de l'arbre.

L'enfouissement se fera dans le sachet prévu à cet effet où elles s'y transformeront en chrysalides. Vous pourrez alors les récupérer en toute sécurité pour les détruire

Photos Jocelyne CAMERANI 12/2009 
contact@lamesangeverte.fr http://www.lamesangeverte.fr

  • *les crapauds
  • *les guêpes , abeilles et autres insectes volants très présents en été.
  • CENTRES ANTI-POISON:

En cas de suspicion d’empoisonnement ou d’intoxication de vos chiens et chats, vous pouvez vous adresser à l’un des quatre Centre National d’Information Toxicologique Vétérinaire.

Ces structures développées au sein d’écoles vétérinaires sont généralement prévues pour informer les vétérinaires, mais elles peuvent également fournir des informations aux particuliers.

En voici la liste par région :

Centre National d’Information Toxicologique Vétérinaire en Région Île-de-France (Val de Marne - 94)

CNITV Alfort :
7 avenue Général de Gaulle
94700 Maisons-Alfort
Tél.: 01 43 96 71 35
Fax: 01 43 96 71 34
Heures d’ouverture du lundi au vendredi 9h à 17h

Centre National d’Information Toxicologique Vétérinaire en Région Rhône -Alpes (Rhône - 69)

CNITV Lyon :
BP 83
69280 Marcy l’étoile
Tél.: 04 78 87 10 40
Fax: 04 78 87 80 12
Heures d’ouverture 24h/24

Centre National d’Information Toxicologique Vétérinaire en Région Pays de la Loire (Loire Atlantique - 44)

CAPA Nantes :
BP 40706
44307 Nantes cedex 03
Tél.: 02 40 68 77 40
Fax: 02 40 68 77 42
Heures d’ouverture 24h/24 et 7j/7

Centre National d’Information Toxicologique Vétérinaire en région Région Midi-Pyrénées (Haute-Garonne - 31)

CNITV Toulouse
23 chemin des Capelles
31076 Toulouse cedex
Tél.: 05 61 19 39 40
Fax: 05 61 19 32 40
Heures d’ouverture du lundi au vendredi 9h à 17h

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×